Ensemble Partage

Impasses économiques et alternatives

vol 121, no 3 • octobre 2016
éditorial

Dérives et perspectives

Claude Béland

Après la fin de la seconde guerre mondiale, une ère nouvelle se dessine. La mise sur pied de l’ONU et la déclaration des droits de l’Homme en sont les porte-étendards. À l’ouest, les social-démocraties font école. Avec l’explosion du pouvoir du capital, voyant le jour dans les années soixante-dix, tout bascule. La société s’efface devant l’individu et « l’argent roi » écrit monsieur Béland. Avec le néolibéralisme s’installent la spéculation et l’endettement. Des entreprises privées rivalisent de pouvoir avec l’État. Monsieur Béland inscrit un plaidoyer pour ramener un équilibre entre les pouvoirs politique, économique et la société civile. Lire le texte

Capitalisme : si on s'y mettait…

Michel Rioux

Le capitalisme financier accélère les inégalités en ce début du 3e millénaire. Cette croissance des inégalités est insoutenable, affirment des grands ténors du système monétaire international comme la FED et le FMI. Il est nécessaire d’apprendre à faire autrement écrit Rioux. Faire autrement, c’est le propre de l’économe sociale et solidaire (ÉSS). Contrairement à l’économie marchande, qui ne tient pas compte des besoins des collectivités locales, l’économie sociale et solidaire permet de répondre aux impératifs sociaux et environnementaux des collectivités qui s’inscrivent dans une vision à long terme.Lire le texte

Être missionnaire de la miséricorde

Bruno Leroy

Pour Leroy, le libéralisme triomphant doit être confronté à un contre-pouvoir. Pour arrêter l’exclusion des plus petits, il faut refuser le fatalisme qu’il inspire et mettre de l’avant les valeurs humaines. Pour l’auteur, les guerres peuvent faire place à la fraternité ; l’heure est venue de partager, de faire autrement. Lire le texte

Petites-Mains unies pour tisser un monde de possibilités

Nahid Aboumansour

L’auteure, Nahid Aboumasour, a mise sur pied l’organisme les Petites-Mains avec l’étroite collaboration des Sœurs de la Congrégation Sainte-Croix. L’objectif: sortir les femmes immigrantes de la pauvreté et de l’isolement et les intégrer au marché du travail avec l’aide de l’économie sociale. C’est la création d’un programme de couture qui va donner son envol aux Petites-Mains en 1995. L’enthousiasme est phénoménal : en douze ans, le local qui abrite les activité de l’organisme passe de 400 à 30 000 pi2. Par son accompagnement de ces femmes fragilisées, tant par l’apprentissage de la langue que par l’intégration à la culture du marché du travail québécois, les Petites-Mains a permis à un nombre important de femmes de vivre en dignité dans leur société d’accueil. L’organisme est un modèle en insertion sociale et sa démarche s’inscrit dans une politique de développement durable avec une production de textile équitable. En 2013, l’organisme à installer un projet en Haïti. Lire le texte

La solution des frères face à l’exploitation

David Flood

Dans les grandes villes de l’Italie centrale au 13e siècle, les grandes familles issues de la noblesse font alliance avec la nouvelle classe des riches et ambitieux marchants dans une course effrénée à l’accumulation de capital. À Assise, les frères franciscains vont à contre courant par leur refus d’entrer dans la même spirale. Ils veulent travailler, mais uniquement pour le bien commun. En se faisant proche des laissés-pour-compte, ils ont engendré une solidarité communicative. Pour David Flood, ils ont mis en place, ce que nous appelons aujourd’hui, une justice distributive. Lire le texte

 

 

 

chaudron commun

photos@Depositphotos

 

 

 

Partager sur Facebook


 

Nouvelle revue franciscaine
www.lesiaf.org • www.nrfweb.ca • www.portailfranciscain.ca
Êtes-vous inscrit à notre cyber-envoi ? Voulez-vous faire un don ?