hiver

Un certain regard… venu d'ici…!

 

par Réjeanne Martin, s.s.a


Salut à vous sœurs et frères venus d’Asie, d’Afrique, des Amériques !
Salut à vous, toutes et tous devenus frères et sœurs des Québécois et Québécoises!
Salut à vous, qui désormais formez avec nous une magnifique polyphonie!

Merci à vous, chacune et chacun, d’avoir choisi le Québec comme terre nouvelle
pour le meilleur et pour le pire …
pour vous, comme pour nous aussi, au rythme de vos jours…
pendant lesquels jour après jour, année après année vous devez vivre le déracinement de vos pays tant aimés et apprendre à vivre dans une culture autre, mais pas si différente malgré tout, par le fond de notre humanité commune…
en particulier par les valeurs dites chrétiennes ou religieuses qui cimentent notre proximité universelle.

NOUVEAU LIEU D’ATTACHE

Oui, nous nous réjouissons qu’un nouveau lieu d’attache, nous l’espérons, vous accueille plus qu’officiellement dans la vie de tous les jours.
Les règles de l’immigration, même incorrectement ajustées à vos besoins, ne garantiront jamais totalement une installation réussie parmi nous.
Je dis bien… parmi, non à côté… de nous!

Mieux encore, la plupart d’entre nous cherchent à comprendre vos façons de vivre, désirant vivre avec vous en toute harmonie sans basculer dans des identités étrangères, se lorgnant les unes les autres comme si nous demeurions à des kilomètres de distance.

Oui, nous nous réjouissons — nous voulons bien nous réjouir, vous comme nous — parfois de façon fort malhabile de part et d’autre, il faut bien l’admettre — de bâtir ensemble un peuple nouveau sans sacrifier nos identités premières, un peuple fidèle, comme nous le chantions au temps de Noël et du Nouvel An.
Un peuple aux diverses couleurs — un peuple visible, trop souvent invisible — dont la foi, chrétienne ou pas, et ses diverses expressions sont le ferment …

LE RÊVE DU QUÉBEC

Cependant, permettez-moi de vous exprimer avec une certaine tristesse, un regret… mieux, le rêve du Québec à votre endroit…
Même si l’accueil inconditionnel d’autant de diversités culturelles demeure souvent difficile à vivre correctement, encore une fois de part et d’autre, à cause même de la diversité des mentalités québécoises très certainement, mais tout aussi véritablement à cause de vos attentes innombrables à notre égard…
oui, je souhaite, avec plein d’autres femmes et hommes du Québec, vivre une proximité plus serrée avec vous, une sorte de maillage dans notre commune humanité…

Ce rêve demeurera impossible à réaliser de façon plus visible  — je le dis et redis avec tristesse, mais non sans espérance — tant et aussi longtemps que nous tiendrons à nous tailler à coups de ciseaux des bouts de territoire à l’image de nos lieux de première appartenance.

Marier nos cultures — non pas les rendre identiques — voilà comment se dessine la nouvelle naissance d’un nouveau peuple, peuple nouveau que Jésus de Nazareth a lui-même initié en franchissant les limites territoriales de son époque sans se réclamer de la primauté d’être Juif de Galilée ou de quelque autre contrée voisine.

Comme croyante d’une même Foi, d’une même Espérance, d’un même Amour en toute filiation d’un même Dieu, tout à la fois Père et Mère de tous les êtres humains, j’éprouve encore aujourd’hui déception et tristesse de voir s’installer sur notre commune terre québécoise, à la façon du multicuturalisme, des Églises, dites Missions ou paroisses, consacrées aux Orthodoxes et Catholiques de la plupart des nationalités porteuses de cultes particuliers ou de rites singuliers.

FAUT-IL S’EN RÉJOUIR, FAUT-IL REGRETTER?

Faut-il s’en réjouir pour nos frères et sœurs, chrétiens et chrétiennes venus d’ailleurs?
Faut-il regretter de ne pouvoir partager ensemble une foi commune, de ne pouvoir grandir ensemble dans une même Espérance, de ne pouvoir vivre ensemble un même Amour dans une même proximité sans les rêves des rituels aux couleurs de nos traditions premières?
Quelle entreprise de conversion mutuelle pour devenir une réelle famille Issue d’une même Foi, Espérance et Charité!

Le Pape François, à la suite de Jésus  — et aussi à partir du fait humanitaire indéniable que nous sommes avant tout des fils et filles de notre mère commune, la Terre — le bon Pape François nous invite avec urgence à sortir de nos appartenances particulières pour éussir à tisser ensemble une fresque humaine avec des fils de toutes les couleurs!

Je nous souhaite de grandir ensemble… pour le meilleur et peut-être par moment pour le moins pire!


vol 120, no 1 • 15 février 2015

 

escalier

Photos @ BenCap

 

Partager sur Facebook

Nouvelle revue franciscaine
www.lesiaf.org • www.nrfweb.ca • www.portailfranciscain.ca
Êtes-vous inscrit à notre cyber-envoi ? Voulez-vous faire un don ?