tunnel

La religion des jeunes

 

par Jean-Sébastien Lajoie


Être catholique au Québec, ce n'est pas toujours évident. Il n'est pas facile de suivre un roi couronné d'épines! Trop souvent, la peur d'être crucifié avec lui l'emporte sur l'amour que nous lui portons. C'est d'autant plus vrai pour une personne isolée. Comme le dit si bien l'adage : « un chrétien seul est un chrétien en danger »! C'est pour cette raison (entre autres) qu'il y a l'Église. Car si respirer, boire et manger suffisent pour survivre, pour vivre vraiment, il faut plus ! Il nous faut tisser des liens sociaux-affectifs. Ainsi, pour que la foi chrétienne s'épanouisse et porte du fruit, la prière et les sacrements ne suffisent pas, il faut aussi qu'elle soit fortifiée par une vie communautaire fondée sur Jésus Christ.

SE RASSEMBLER

Il est donc vital pour les jeunes croyants catholiques de se rassembler. Lorsqu'ils sont réunis entre eux, la foi et l'espérance chrétiennes s'enflamment dans leur coeur et le désir d'allumer le monde de ce feu bienfaisant monte en eux. Évidemment, ces rassemblements ne sont pas une fin en soi. Le cheminement spirituel du chrétien est souvent long et toujours fait de dépouillements. Il faut mourir à soi-même, prendre sa croix et suivre le Christ. Tout chrétien doit accepter d'être émondé par le Seigneur jusqu'à ce que ne subsiste en lui que la charité. Sainte Thérèse d'Avila, elle qui a mené des transformations profondes à son époque, disait avec justesse : « Ce qui importe c'est de commencer avec détermination! » Les rassemblements jeunesse dans l'Église donnent aux jeunes la force et la détermination des grands commencements!

LA FÊTE DES TENTES

Fête des tentes

Du côté de la spiritualité franciscaine, au Québec, c'est la Fête des Tentes qui est le principal rassemblement jeunesse. Chaque année, à la fin du mois d'août, la Fête des Tentes attire entre 60 et 90 jeunes adultes. Il y a aussi, tout au long de l'année, d'autres événements jeunesse à saveur franciscaine comme par exemple les Racines Franciscaines, le Noël de Greccio et quelques pèlerinages. Ces rendez-vous franciscains attirent des jeunes adultes de tout genre. Il y a des artistes, des travailleurs manuels, des intellectuels, des sportifs, des personnes de type plus social et bien d'autres. Lorsqu'on me demande de décrire la Jeunesse Franciscaine, je réponds qu'il y a autant de descriptions possibles que de jeunes qui la fréquentent. Dernièrement, une jeune femme qui participe régulièrement à ces rassemblements me disait que la Jeunesse Franciscaine ne se limite pas à un groupe bien identifiable mais qu'elle est plutôt formée par l'ensemble des jeunes qui sont touchés et inspirés par la spiritualité de saint François d'Assise et par sa manière de vivre l'évangile. Je ne saurais mieux dire!

François et Jésus en croixLE VIN NOUVEAU DE L'ÉVANGILE

La grande force de la Jeunesse Franciscaine c'est saint François lui-même! Sa popularité n'a pas pris une ride, même après 800 ans! Un des secrets de cette popularité est que saint François, au cours de sa vie, s'est si solidement attaché à l'évangile de Jésus Christ, qu'en lui il demeure éternellement jeune et actuel. Car l'Évangile est ce vin nouveau qu'on doit toujours mettre dans des outres neuves. Jamais il ne vieillit! De l'Évangile s'élève cette intemporelle exhortation à la conversion et à la foi (Mc 1, 14-15). Intemporelle, car chaque personne qui naît en ce monde est appelé au même passage : celui de l'homme ancien à l'homme nouveau (Ep 4, 22-24 ; Col 3, 9-11).

L'APPORT DE FRANÇOIS D'ASSISE

Le poverello d'Assise, qui incarne si bien ce passage, a encore bien des choses à nous apprendre aujourd'hui. Il demeure un exemple extrêmement pertinent pour notre monde assoiffé de bonheur. Il offre un contrepoids très lourd face à tout ce qui ne tourne pas rond dans la société actuelle. Bien entendu, il est connu comme le saint patron des écologistes; mais son rayonnement va bien au-delà de cela. Dans un monde étouffé par le matérialisme et la surconsommation, son amour de la pauvreté déstabilise, inspire à plus de simplicité et ouvre à l'essentiel. Dans un monde où un individualisme exacerbé engendre trop souvent l'isolement et la solitude, son exemple de vie fraternelle et joyeuse fait naître le désir de sortir de son cocon pour tisser des liens d'amitié avec les autres. Dans un monde d'image et de superficialité, son authenticité fait tomber les masques, dévoile les vrais visages et dissipe la peur d'être jugé. Dans un monde de performance où même l'être humain tend à devenir marchandise, son amour au service des plus petits et des marginaux révèle la véritable dignité inaliénable de toute vie humaine. Dans un monde en quête de sens, qui chancelle en raison d'un relativisme de plus en plus absolutisé, sa foi inébranlable est un rocher solide sur lequel on peut s'appuyer pour rester debout. Dans un monde en transition où même l'Église se cherche elle-même, l'appel du Seigneur à rebâtir sa maison, résonne à travers lui et incite à devenir les pierres vivantes d'un temple de chair à la gloire de l'Esprit Saint.

LA JEUNESSE FRANCISCAINE, QUEL AVENIR?

Le temps de la jeunesse est très éphémère. C'est pourquoi la Jeunesse Franciscaine sera perpétuellement en mouvement. Elle devra toujours se redéfinir. C'est là sa fragilité et sa fatalité; mais c'est aussi là sa force et sa vitalité. Car s'il est vrai que dans le domaine de la mission chrétienne auprès des jeunes, tout est toujours à recommencer; il n'est pas moins vrai que l'énergie de la jeunesse, la force de la nouveauté, le charisme franciscain et la puissance de l'évangile sont ses alliés.

Groupe en hiver

 

L'ENGAGEMENT DE FRANÇOIS ATTIRE

Saint François d'Assise n'avait pas encore 35 ans que déjà de nombreux jeunes hommes et jeunes femmes s'étaient laissés touchés par son exemple et avaient décidé d'embrasser un mode de vie semblable au sien. Il n'avait pourtant pas élaboré de programme promotionnel pour attirer des gens vers son oeuvre (elle n'était d'ailleurs pas son oeuvre, pas plus qu'elle n'est la nôtre; mais bien celle de Dieu). Ce qu'il avait fait, c'était suivre le Christ, chanter ses louanges, l'aimer dans les pauvres et les lépreux et demeurer fidèle envers son Église. C'est Dieu qui lui aura envoyé des frères et des soeurs. Puissions-nous ne jamais oublier cela. L'Esprit Saint nous précède toujours. L'être humain, par nature, recherche Dieu; parfois sans même le savoir.

C'est à nous, croyants, que revient la mission de rendre le Seigneur visible au monde afin que celui qui cherche trouve! Le petit pauvre d'Assise peut, sans contredit, nous aider à y parvenir.

vol 119, no 4 • 15 juillet 2014

 

Oratoire Saint-Joseph

Nouvelle revue franciscaine
www.lesiaf.org • www.nrfweb.ca • www.portailfranciscain.ca
Êtes-vous inscrit à notre cyber-envoi ? Voulez-vous faire un don ?