quete_spirituelle

Maturité évangélique (2)

Jean-Claude Bergeron

La maturité évangélique comporte plusieurs dimensions et nous en avons traité précisément dans la première partie de cette chronique. Il reste un élément important et c’est celui de la conscience d'être un envoyé sans frontière.

 

M’APPROCHER

La diversité et la pluralité des religions, des cultures et des origines ethniques sont au cœur de nos communautés et de nos villes. Certaines communautés chrétiennes comportent plus d'une dizaine de nationalités différentes, comme certaines paroisses du diocèse de Montréal. Le "vivre-ensemble" dans le même quartier est un défi pour celui qui veut vivre sa foi. Il faut concevoir de nouvelles manières d'être un prophète du Christ auprès de ces personnes venant d'ailleurs et qui sont devenues nos voisins et nos prochains. Cela me demande de les approcher et pour cela me déplacer (aller vers eux et les laisser venir à moi), d'apprendre leur langue, de connaître leur culture, savoir leur histoire personnelle, partager leurs préoccupations, d’où l'importance d'avoir une maturité évangélique pour proposer le Jésus Christ incarné des évangiles. Sinon, je risque de me perdre en chemin et même, de me perdre moi-même dans un tourbillon, "où les gens ne voudront plus de la saine doctrine ; alors ils se trouveront des maîtres à leur goût qui sauront comment chatouiller leurs oreilles. Ils fermeront leurs oreilles à la vérité et s’intéresseront à des fables." (2Tm 3 et 4)

UNE PAROLE CRÉDIBLE

La mission de proclamer un Jésus Christ incarné est toujours d'actualité et chaque jour me demande de sortir de moi et de mes propres routes, pour aller à la rencontre de l'autre et découvrir en lui l'Esprit Saint déjà à l'œuvre. Proposer l'Évangile de Jésus Christ aujourd'hui de manière crédible dans la société marquée par l'universalisation à l'ère de l'Internet, cela demande une maturité évangélique et une humilité dans son interaction avec les autres cultures afin d'accepter d'autres manières de faire et de vivre sa religion.

Mais Pierre et Jean leur répliquèrent : « Qu'est-ce qui est juste aux yeux de Dieu : vous écouter? Ou l'écouter, lui ? A vous d'en décider ! Nous ne pouvons certes pas, quant à nous, taire ce que nous avons vu et entendu. » Acte des apôtres 4,19-20.
Aujourd'hui, la crédibilité du témoignage se fonde sur l'authenticité et la maturité évangélique de la personne. Ce que je suis et fais est mon témoignage. Si je suis AMOUR, je témoigne de l'AMOUR.

UN DISCERNEMENT

Un humain est un champ où sont mêlés le bon grain et l’ivraie, où se mêlent des sentiments, des raisonnements, des forces inconscientes, des conditionnements liés à la culture, à l’éducation, et à bien d’autres facteurs. Nous sommes, je suis un être d’une grande complexité : un corps, une intelligence, un psychisme et une âme. Ces parties ne sont pas indépendantes ou séparées, mais étroitement imbriquées et interdépendantes, au point que chacune influe sur les autres. (1Co 12,12-26) Lorsqu’une partie est touchée, les autres vont réagir aussi, car c’est toute ma complexité qui est atteinte. Si mon corps est fatigué, il se peut que je devienne de mauvaise humeur, et que je n’aie plus envie de prier. Inversement, une expérience profonde de Dieu peut faire que je me trouve bien dans mon corps et mon psychisme. Tout cela nécessite, un discernement, une maturité évangélique.

CROÎTRE SPIRITUELLEMENT

Je conclue en me disant que la maturité évangélique c'est apprendre à voir les choses et les événements comme Jésus Christ les voit, c’est-à-dire comme la Conscience, l’Amour et la Vie les contemplent.

C’est à cela que nous invite Jésus Christ, à une philocalie (amour de la beauté) avec nos 5 sens (toucher, vue, ouïe, odorat, goût), à faire un pas au-delà de la science et la raison (qui observe et analyse), à la philosophie (qui interroge et interprète), à la psychologique (affectivité et intuition) pour croître spirituellement et devenir adulte et mature dans la foi.

C’est ainsi qu’il prépare les saints pour les œuvres de leur ministère, pour la construction du corps du Christ, pour que nous arrivions tous à l’unité dans la foi et la connaissance du Fils de Dieu, pour que nous devenions l’Homme accompli et adulte dans lequel se déploie la plénitude du Christ. Alors nous ne serons plus de petits enfants traînant à la dérive, emportés par le vent, par n’importe quelle doctrine et invention d’hommes astucieux et experts en tromperie. Nous serons dans l’amour et nous serons dans le vrai ; nous irons grandissant sans arrêt pour rejoindre celui qui est la tête, le Christ. De lui vient la croissance du corps où tout un réseau établit l’harmonie et donne la fermeté, mettant en valeur et tenant compte des capacités de chacun ; et le corps se construit dans l’amour.
(Ephésiens 4,12-16)


En références pour la réflexion,
voici quelques lectures qui m’ont été utiles :

1 : Ton expérience et ta conscience.

 

2 : La Bible.

 

3 : Catéchèse et maturité de la foi
Auteur : Paul-André Giguère
Éditeur : Novalis / Lumen Vitae (2002)

 

4 : Vers la maturité spirituelle par un Chartreux
Éditeur : Presses de la renaissance, Paris, nov. 2002
Collection Sagesse des chartreux

 

5 : La croissance et la maturité spirituelle : Guide pratique
Éditeur : Empreinte Temps présent, année 2012

 

6 : De l'estime de soi à l'estime du Soi
Auteur : Jean Monbourquette,
Edition : Novalis, 2002

 

7 : Vers la maturité spirituelle (Carmel N° 153)
Auteur : COLLECTIF
Éditeur : Éditions du Carmel

 

8 : La maturité spirituelle : un objectif réaliste
Auteur : Dany Hameau
Editeur : Farel, Champs-sur-Marne, France
Collection : La maturité chrétienne, 2011


vol 120, no 2 • 15 avril 2015


 

Spiritus

Photo © Josée Richard

Photo du haut © Ben Cap

 

Nouvelle revue franciscaine
www.lesiaf.org • www.nrfweb.ca • www.portailfranciscain.ca
Êtes-vous inscrit à notre cyber-envoi ? Voulez-vous faire un don ?