quete_spirituelle

Le cheminement spirituel

Yvon R. Théroux

Nous avons à notre disposition quelques outils qui permettent de nuancer ce qui relève du sacré, du spirituel et du religieux; nous allons soumettre la question suivante qui contribuera simultanément à développer les différents axes de notre réflexion et fera progresser notre compréhension mutuelle des univers et des expériences vécues dans la mouvance de l’esprit humain. Une question générique : le cheminement spirituel, ne serait-il pas un long et lent processus de maturation?

Une quête d'infini

Comment discerner où se situe notre quête d’infini? L’éventail des chemins est pluriel et tellement varié. La confusion répandue entre spirituel et religieux dans le vocabulaire courant ne contribue pas à nommer adéquatement les différentes expériences vécues par de nombreuses personnes qui, d’hier à aujourd’hui, poursuivent une route les menant au-delà d’un face à face avec elles-mêmes ou avec d’autres. Le monde invisible, un au-delà senti, pressenti, parfois immergé dans une intuition, fascine l’humain en constante évolution.

Clarifions certains termes d’abord, pour ensuite examiner les critères qui permettraient de qualifier le cheminement spirituel des uns et des autres. Car chaque personne désire être vraie avec elle-même et avec les autres. Notre conclusion voudra ouvrir d’autres questions en lien avec l’incontournable expérience du silence.

Les définitions examinées au début de cette série de réflexions nous font comprendre que toutes les femmes, tous les hommes répondent au premier sens tiré de l’étymologie du terme « spirituel » : ce qui relève de l’esprit humain. Quelle que soit la position existentielle des uns et des autres – celle de l’agnostique, de l’athée, de l’humaniste ou du religieux – une expérience spirituelle est alors vécue en dehors de tout doute raisonnable.

Plus grand que soi

Le contexte situationnel de chacun détermine le genre d’expérience vécue, soit spirituelle ou religieuse. Les deux expériences sont intégrées dans l’univers plus grand du sacré, là où s’exprime l’aspiration à la transcendance, bref, le passage du dépassement de soi à la reconnaissance de « plus grand que soi ». La première phase de tout cheminement spirituel se décrit dans notre capacité à se situer dans cet Univers où les premiers instants de vie nous ont propulsés. C’est l’écrin dans lequel nous sommes tous placés. Nous ne ménageons aucun effort pour l’observer, le scruter, l’examiner, l’explorer. Notre désir de trouver des traces primitives et primaires de vie nous excite. Nous voudrions tellement ne pas être seuls dans cette immensité enivrante. Quel est cet « avant » qui a précédé tout ce qui existe, ce Big Bang qui n’est pas la propriété exclusive des sciences de l’espace? Un « après »?

Dans une prochaine chronique, nous présenterons la liberté comme premier critère de discernement.

 

vol 118, no 3 • 15 novembre 2013

Deux chemins
photo : Ben Cap

 

Nouvelle revue franciscaine
www.lesiaf.org • www.nrfweb.ca • www.portailfranciscain.ca
Êtes-vous inscrit à notre cyber-envoi ? Voulez-vous faire un don ?