Claire et Fran�ois �crivent

La puissance de l'adoration chez Claire d'Assise

Madeleine Pelletier, Clarisse

Regarder sainte Claire dans sa vie de prière et plus spécialement dans l’adoration est presqu’un défi à relever. Deux thèmes retiendront plus spécialement notre attention : le témoignage de ses soeurs et sa foi en l’Eucharistie.

À partir de sa conversion, rien ne lui semble amer. Elle reste toujours fixée sur “Celui que son coeur aime”. Il n’y a pas de temps prévu, sa vie est prière. C’est une vie toute centrée sur l’essentiel: JÉSUS. Son choix de vivre cachée en Dieu, nourrie de la Parole, se modèle sur l’évangile.

TÉMOIGNAGE DE SES SŒURS

Thomas de Celano écrit :“la lumière qui était venue remplir son âme durant la prière rayonnait extérieurement au travers de son corps (CL. 12,20). Cette force, Claire la puise en passant des heures près de la présence eucharistique. Nous avons le témoignage de ses soeurs. Soeur Pacifica dit que la sainte Mère était assidue à l'oraison, et fervente, qu'elle restait longtemps et humblement prosternée jusqu'à terre (PC.1er témoin, v 9). Si nous continuons, nous trouvons sœur Aimée qui nous dit “elle était assidue à la prière et à la contemplation; et lorsqu'elle revenait de l'oraison, son visage paraissait plus clair et plus beau que le soleil. Une douceur merveilleuse émanait d'elle lorsqu'elle parlait: on avait l'impression qu'elle vivait déjà au ciel” (IVe Témoin, v 4). Un troisième témoin vient confirmer cette réalité. C’est maintenant soeur Cécile qui nous dit: « elle était assidue à l'oraison et sublime dans sa contemplation. Plusieurs fois il arriva qu'au retour de la prière, son visage paraissait plus lumineux que de coutume et les paroles émanant de sa bouche étaient alors empreintes d'une grande douceur ( VIe Témoin, v 3). Ces heures passées avec Jésus l’ont transformée, illuminée par l’Esprit pour en faire une créature nouvelle.

SA FOI EN L’EUCHARISTIE

Le temps perdu que Claire passait près de Jésus n’avait pas de prix pour le monde et pour l’Église. D’où vient cette force de repousser ces ennemis qui envahissent Assise et sèment la peur et l’effroi chez les gens? N’est-ce pas ce qui la fait vivre? Il faut lire le témoignage de soeur Françoise. Elle raconte qu'un jour les Sarrasins étaient entrés dans le cloître du monastère; la Mère se fit mener jusqu'à la porte du réfectoire et fit porter devant elle une cassette qui contenait le saint Sacrement du Corps de notre Seigneur Jésus-Christ. Et se jetant en oraison, prosternée jusqu'à terre, elle pria en pleurant. Entre autres paroles elle disait: "Seigneur, garde toi-même tes servantes, parce que moi j'en suis incapable!" Alors le témoin entendit une voix d'une douceur merveilleuse qui disait : "Je te défendrai toujours!" La sainte pria aussi pour la ville: "Seigneur, je t'en prie, défends aussi cette cité!" La même voix se fit entendre, disant: "La ville souffrira bien des épreuves, mais elle sera protégée". Alors la bienheureuse se tourna vers les sœurs et leur dit: "N'ayez pas peur: je vous garantis qu'il ne vous sera fait aucun mal, ni maintenant ni plus tard, pourvu que vous obéissiez toujours aux commandements de Dieu. Alors les Sarrasins s'enfuirent avec tant de hâte qu'ils ne commirent ni dommage ni dégât. (PC. IXe Témoin,v 2).

La foi de Claire est sans hésitation, et malgré ses impuissances, elle est sûre de la puissance de Jésus en l’Eucharistie qui délivrera ses soeurs et la ville d’Assise. Combien de fois sa confiance sans limite lui fera voir l’amour, la bonté, la miséricorde et la force de Dieu en celui qui prie dans le silence.

AUJOURD’HUI

En ce siècle où nous sommes, notre monde a besoin de témoins. Au Québec, nous voyons de plus en plus naître des chapelles d’adoration. Certaines personnes connaissent l’amour de Dieu, tout proche et agissant. De là découle un désir de prendre le temps en vivant une heure et plus devant le Saint-Sacrement. Ces personnes fréquentent, le jour ou la nuit, des lieux établis et approuvés par l’Église. Elles en sortent grandies, transformées et elles y découvrent combien Dieu les aime. Ainsi, elles peuvent s’attribuer cette parole de Dieu par Isaïe “Tu comptes beaucoup à mes yeux, tu as du prix et je t’aime. (Is 43,4).
Le rayonnement de leur prière n’est pas seulement pour elles mais s’étend à leur famille, à leur paroisse et au monde entier. Comme dit l'Écriture: « Si quelqu'un a soif, qu'il vienne à Moi, et que boive celui qui croit en Moi. De son sein couleront des fleuves d'eau vive. » (Jn 7, 37.38).

CONCLUSION

Claire, cette amoureuse de Jésus, nous a tracé un chemin de lumière. Elle nous invite à notre tour à être des pèlerines en ce monde. Le coeur débordant de reconnaissance en Dieu qui nous aime comme un Père, elle loue et bénit son créateur. En définitive, tout l’être de Claire s’est laissé séduire par la beauté de Jésus qui s’est manifesté dans la lumière de la transfiguration. Ainsi transformée par l’Esprit, elle nous invite à notre tour à adorer dans le silence Celui qui nous donne tout et qui peut tout.


vol 119, no 6 • 15 décembre 2014

Paroles de

Claire et François

Entrée lumineuse

Tableau fait par une Clarisse

Nouvelle revue franciscaine
www.lesiaf.org • www.nrfweb.ca • www.portailfranciscain.ca
Êtes-vous inscrit à notre cyber-envoi ? Voulez-vous faire un don ?