oiseau

Encyclique sur l'écologie

Norman Lévesque

En 2005, quand le Seigneur m’a appelé à contribuer au virage vert de l’Église, je croyais qu’il fallait tout inventer. Je n’avais jamais entendu parlé de la protection de la Création lors des catéchèses, ni lors des homélies. « Aime Dieu, aime ton prochain. » Et aimer la Création (dans son ensemble) et aimer les créatures (individuellement), est-ce que c’est chrétien ça?

La réponse à cette question ressortira dans l’Encyclique sur l’Écologie du pape François, prévue pour le mois de juin 2015. Une belle lecture de table de chevet pour l’été, car le document est volumineux. Et pour cause : il y a beaucoup à dire sur le sujet. Il faut réapprendre à aimer la Création après plus de trois siècles de colonisation et d'industrialisation. Dominer la Création? OK, mais à condition de vivre un sens de communauté aussi. Nous chantons une louange avec les créatures (psaume 148). François d'Assise, dans son Cantique des créatures, les chantent: « Loué sois-tu Seigneur, par chaque créature… ».

Voici les trois raisons majeures pour se mobiliser
à prendre soin de la Création :

Amour des exclus :

les pauvres et les malades sont les premiers à souffrir de la dégradation environnementale. Les changements climatiques, par exemple, affectent tous le monde, mais les nations pauvres ne peuvent pas s’adapter aux changements. Même dans notre pays, les plus pauvres n’ont pas d’air climatisé dans leur appartement.

Amour de ses descendants :

dans quel état sera l’eau souterraine dans deux ou trois générations si l’on permet la fracturation hydraulique (gaz de schistes)? Si la banquise arctique est réduite à presque rien, et que la faune polaire meure, qu’arrivera-t-il à la culture inuit? Si l’hiver n’est pas aussi rigoureux au sud du Québec, les sports d’hiver ne seront plus praticables, et nous ne pourrons plus produire du sirop d’érable.

Amour des créatures :

construire un port pétrolier à Cacouna par mépris pour les bélugas en péril, directement dans leur zone de reproduction, c’est un manque de cœur qui n’est pas digne d’un chrétien. La protection des milieux naturels, tels que le boisé à Longueuil pour conserver la rainette, ou le mont Orford pour protéger plusieurs espèces rares, cela témoigne que nous reconnaissons l’œuvre de Dieu dans la Création et que nous voulons la garder belle, car elle est aussi féconde et offre des services inestimables.


En terminant, le traité international au sujet du climat qui sera signé en décembre à Paris par les chefs d’états est, de loin, l’événement le plus important pour l’avenir des populations humaines et de tous les systèmes naturels dont elles dépendent. Dans cette optique, je jeûne à chaque 1er du mois et je vous invite à me suivre dans cette initiative. www.jeunepourleclimat.org

Le Réseau des Églises vertes publiera, avant la fin du mois de juin, les « Faits saillants de l’encyclique sur l’écologie ». Voici le lien : www.EglisesVertes.ca

Pour lire l’encyclique intégralement quand elle sera publiée, voici le lien où la trouver :
http://w2.vatican.va/content/francesco/fr/encyclicals/index.html

 


vol 120, no 3 •15 juin2015


Chronique écologie

papillon

photo ci-contre: site Green area
photo du haut ©Sylvain Campeau

 

Nouvelle revue franciscaine
www.lesiaf.org • www.nrfweb.ca • www.portailfranciscain.ca
Êtes-vous inscrit à notre cyber-envoi ? Voulez-vous faire un don ?